lundi 23 juin 2014

LE TEMPS DES BOMBES (intégrale), E. Moynot, Casterman, 2014





Retour sur la (re) sortie de l’intégrale d’Emmanuel Moynot, Le temps des bombes, parue le 28 mai 2014 chez Casterman. Celle-ci rassemble les trois tomes sortis en 1992 (Au nom du père), 1993 (L’esprit de révolte) et 1994 (Le fils perdu, avec Dieter comme coscénariste). Une intégrale était déjà sortie en 2000, mais cette version voit les couleurs revues par E. Moynot.

Cette saga nous fait suivre Auguste Fillon, jeune homme de bonne famille, tourmenté, qui, après avoir tué son père, et sa mère décédée, rejoint le milieu anarchiste. Entouré de Aimé, Honoré, Louis, Lucas, Lalie, Renée, Philibert… il va donc traverser cette fin du XIXème siècle mouvementée, aussi bien politiquement qu’idéologiquement.
Si aucune indication chronologique précise n’est donnée, l’auteur nous plonge dans la France des années 1890. La IIIème République est alors touchée par des actes terroristes isolés, perpétrés par des militants anarchistes. On pense tout de suite, dès la lecture du premier tome, aux actions de Claudius Koenigstein, dit Ravachol. En effet, le personnage d’Aimé Grandjean, membre du groupe d’Augustin, permet de faire un parallèle avec l’anarchiste guillotiné en 1892 (sort subi aussi par Aimé). Suite à la mort d’Aimé, Augustin et ses amis réalisent des attentats contre le juge et le procureur qui ont officié au procès, tout comme Ravachol fera sauter la maison des magistrats chargés du procès de trois anarchistes impliqués dans l’Affaire de Clichy (1891).
L’action terroriste d’Aimé fait aussi écho aux divisions entre militants partisans de l’action collective, et ceux pratiquant des actes terroristes isolés. Les inquiétudes du groupe d’Augustin devant l’action d’Aimé sont aussi celles qui amèneront Kropotkine à préciser en 1891 qu’ « un édifice fondé sur des siècles d’histoire ne se détruit pas avec  quelques kilos d’explosifs ».


Si le but de Moynot n’est pas d’écrire et de dessiner une biographie historique, Le temps des bombes reste bien ancré dans cette période troublée et propose une sorte de synthèse des différents acteurs de cette période, qui verra également Auguste  Vaillant poser une bombe à la Chambre des députés en 1893 (Vaillant a d’ailleurs, avant de  revenir perpétrer son attentat, tenté sa chance en Argentine, tout comme Augustin (p 182)) puis l’Italien Caserio assassiner le président de la République Sadi Carnot en 1894. La conséquence (la BD s’arrête avant) sera le vote des lois répressives par le Parlement, qualifiées de « scélérates » par la gauche, condamnant la détention de matières explosives, associant les anarchistes à des « malfaiteurs », donnant aux tribunaux correctionnels les délits de presse concernant la provocation à des actes de violence ou à l’apologie de ces actes (les socialistes s’inquièteront du fait qu’elles ne puissent également s’appliquer à eux !).

Une du Petit Journal du 23 décembre 1893, relatant l'attentat d'Auguste Vaillant à la Chambre.


L’intégrale du Temps des bombes restitue avec précision une France chamboulée durant quelques années par ces attentats. Comme un  Tardi avec le Paris du début du XXème siècle dans Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, Moynot dessine et fait ressentir avec brio aux lecteurs les palpitations et l’odeur d’une ville tourmentée par les soubresauts de la vague anarchiste. La mise en couleurs, à première vue assez simple, recèle en réalité d’un grand travail sur les ombres, participant à dépeindre l’action secrète de ce milieu populaire qui doit accorder son labeur avec ses engagements et ses actes illégaux.
 
Le personnage d’Augustin est particulièrement tourmenté. A coups de flashbacks, Moynot fait ressortir le passé de son héros au fil des pages, permettant d’expliquer son engagement anarchiste. Autoritarisme du père entrainant une haine indélébile et le poussant au meurtre (p 1 à 3), tentative de suicide (p 32), parallèle entre l’amour pour sa nurse Jenny qui lui permettait d’échapper à l’emprise paternelle et celui pour Lalie (p 35), E. Moynot propose des personnages complexes, aux multiples facettes. Il ne les juge pas, ni n’excuse leurs actes. L’on sent juste transparaître la tendresse de l’auteur pour la dimension sociale de leurs actes, leur refus d’accepter misère et labeur, mais cela toujours avec intelligence et finesse, à travers un scénario qui tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

Il faut aussi saluer la reconstitution du Paris de cette fin XIXème. L'auteur redonne vie à un paysage du quotidien, à l’effervescence d’une ville où le peuple se presse pour aller travailler, tout en y insérant ses personnages avec souvent un sens brillant du cadrage.



Emmanuel Moynot a depuis poursuivi son œuvre de bédéiste militant et engagé en signant un superbe et émouvant Pierre Goldman, la vie d’un autre en 2012.

L’ouvrage inclut une préface de deux pages du journaliste français, spécialiste de BD, Christian Marmonnier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire